La Tête Ailleurs (Lifting)

 

Sortie Officielle le 12 octobre 2018

 

A petites doses s’enivrer de l’autre, céder à la douce tentation et se fondre dans l’hypnose de son regard, refuser l’inévitable moment de l’exil pour ne jamais se sentir inconsolable, laisser ses lèvres battre le rythme, funky ou flottant au gré d’un beat cadencé, d’une gamme du tendre jouée à deux sur nos cordes sensibles, se laisser étourdir par les vibrations d’une blanche colombe nous emmenant encore et toujours higher… et surtout, surtout, ne jamais s’exposer au risque d’avoir, comme Alenko, la tête ailleurs, dans ce chaos mental auquel personne n’est préparé, désordre sentimental hautement dévastateur.

 

Et si, malgré tout, la lover dose finit par vous rattraper et envoyer direct votre corps astral regarder la vie vu d’en haut, alors emboitez son pas et laissez ses mots envelopper vos maux, ses petites mélodies fraiches, douces, presque innocentes, venir caresser vos sens embrumés et ouvrir le champs d’un avenir possible, avec ou sans l’ombre d’un doute… Car il est dit que certaines chansons, jouant à merveille la carte du paradoxe, savent parfaitement faire naître en nous des sentiments agréables en nous tendant un miroir aux ombres troublées, en mettant le doigt sur nos expériences les moins faciles, les plus tristes, celles qui font de nous des phoenix rêveurs. Il en va ainsi de cette «Tête ailleurs» qui nous donne envie de bouger, de fredonner, de siffloter, tout en nous confrontant à cette drogue dure que l’on appelle la vie et à ses cruels effets lorsque survient le temps du manque ou du trop-plein.

 

Alors même si tout s’en va, si on a envie de dire à l’autre “J’te connais pas encore assez” avant de l’aimer follement et, en chaussant ces lunettes aux verres teintés de rose que nous tend Alenko, juste lui dire doucement au creux de l’oreille “Rêve un peu“ avec moi et laisser la folie faire le reste !

 

Contact Mentions Legales